Les bantams

En 2016, une ancienne collègue de ma femme et son mari ont décidé de déménager. Le nid familial s’était vidé. Le moment de s’aventurer était arrivé. Ils habitaient à Malmesbury en Wiltshire, mais ils voulaient habiter dans une péniche sur les canaux anglais. Mais, la couvée de poules, qu’en faire ? Donc, ils nous les ont offertes. Nos fils nous ont offert un cadeau de Noël – un poulailler. Assembler le poulailler était un défi, mais finalement il est achevé.

Un embargo sur le mouvement des volailles était en place cet hiver-là, mais il a pris fin en mars 2017. Par la suite, les poules sont arrivées. Elles étaient au nombre de trois ; une est noire, la deuxième est blonde et l’autre est dorée, donc elles s’appellent Blackie, Blondie, et Goldie ! Comme elles sont belles, les trois petites filles du groupe. Elles passent la matinée au poulailler où elles poussent des œufs ; l’après-midi elles se promènent ensemble dans le jardin, où elles cherchent quelque-chose à manger dans les massifs. Une heure avant le coucher du soleil, elles rentrent. Elles ne portent pas de montres mais elles sont toujours à l’heure. Tous les soirs, on ferme le poulailler pour les protéger de la possibilité que M. Renard leur rende visite.

Mais les trois poules ne sont pas pareilles. Blondie est exploratrice. Tous les matins, elle est la première à sortir du poulailler. Tous les soirs, elle est la dernière à rentrer. Blackie est diligente. Elle reste au poulailler à 13 h où elle pond un œuf. Après l’avoir pondu, elle pousse un grand cri de joie « Regarde-moi » ! Goldie est timide. Elle ne pond jamais d’œuf. Mais elle reste au poulailler où elle tient compagnie à Blackie. Bien qu’elles soient différentes, elles s’entendent bien. Elles ne se battent jamais.

Au mois de novembre 2018, la chienne « Ella » arrive. On décide que les poules doivent être confinées à la caserne. Au fur et à mesure, on constate que la chienne adore les poules, même si elle les chasse.
Actuellement le poulailler est dans le coin du verger derrière une clôture. Les poules peuvent passer la clôture facilement, mais la chienne pas du tout. Les poules ne peuvent guère voler, un mètre d’altitude maximum. Quand la chienne les chasse, elles courent rapidement vers le verger. Quel bruit !

C’est un plaisir d’avoir les poules chez nous. On mange les petits œufs mignons. Mais si on voudrait avoir des œufs pas chers, on va au supermarché !

Un grand merci à Cécile.

Je remercie Cécile de corriger le texte.

A lire

Poule Pékin ou Bantam, une adorable petite boule de plumes